UNE EXPÉRIENCE DE LA CRÉATIVITÉ

Gilles Ongaro, psychologue clinicen LYON et Villefranche sur Saône

Ma pratique de psychologue allie l’être et le faire, l’accompagnement et le soin. Mes modalités de travail et mes méthodes spécifiques s’ancrent dans l’expérience professionnelle et le champ de la recherche. Mon écoute de psychothérapeute s’ajuste et permet de trouver un espace et un temps intermédiaires pour se créer une intimité plus proche.

Mes expériences professionnelles de psychologue et de psychothérapeute m’ont progressivement engagé à m’intéresser particulièrement aux conditions d’expressions de l’histoire de chacun et aux contraintes qu’elle exerce tant qu’elle ne peut pas recevoir une compréhension convenable, un statut symbolique acceptable.

J’inscris la créativité dans le champ de ma pratique en tant qu’ouverture à l’expérience des parts inappropriées de l’histoire de chacun. Je pose mon travail de psychologue et ma pratique de la psychothérapie comme le lieu d’une expérience potentielle de ce qui se répète et se rejoue dans le présent.

On ne « guérit » pas ainsi en oubliant mais en transformant en mémoire ce qui n’a pas pu avoir lieu dans l’histoire individuelle et/ou collective.

La créativité en psychothérapie est donc une possibilité de conserver tout au long de la vie quelque chose qui est propre à l’expérience de sa propre histoire.

LA PSYCHOTHÉRAPIE

Un espace intermédiaire,
une situation analysante et une co-construction.
Elle a pour principe le maintien du cadre théorique et des règles fondamentales de la psychanalyse, tout en permettant plus de souplesse. Comme la psychanalyse, elle a pour but, non pas la disparition des symptômes, qui sera une conséquence du travail, mais bien l’appropriation par le sujet de sa vie psychique inconsciente.

La psychothérapie psychanalytique se pratique en face à face. Ce face à face induit forcément des modifications : le regard du thérapeute vient s’ajouter à son écoute et joue un rôle actif dans le processus, de même que la perception visuelle du thérapeute par l’analysé. Le psychothérapeute n’est pas tenu au silence et participe au processus.

La psychothérapie analytique, en raison de la communication en face à face, a souvent une fonction de réparation narcissique. Elle peut être un premier palier qui prépare le patient à l’engagement dans une analyse classique. La psychothérapie analytique constitue en elle-même une thérapie à part entière qui s’avère souvent suffisante.

HISTOIRE D'UN CADRE

Mes propositions en matière de psychothérapie ont une histoire. Elles évoluent dans mon cheminement d’homme et de professionnel engagé dans des pratiques institutionnelles, des activités libérales et la recherche universitaire. Elles n’ont pas de vocation pédagogique. Elles s’exposent pour permettre à chacun de se reconnaitre dans les enjeux croisés des diverses expressions de son corps, des échanges avec ses groupes et des traces de sa mémoire.